ES | EN | IT | DE | RU

Du métier

Chaque serrurier et forgeron travaille dans un atelier des métaux, un endroit avec plein d´outils différents. C´est ici, dans cet atelier, que nos forgerons travaillent les métaux.

L’art de la serrurerie est né de la nécessité de mettre en sûreté, enfermer soigneusement tout ce qui constituait l’avoir du groupe familial, soustraire ces trésors à la rapacité des animaux féroces et des hommes. Cétait la serrurerie qui a donné la sécurité à lhomme de travail et dordre qui assurait son existence et celle des siens par une sage prévoyance.

Comment les premières portes ont-elles été ferrées et fermées? Très probablement, elles fonctionnaient au moyen de tourillons enlevés dans la masse du montant en bois. En ce qui concerne la fermeture, lidée de larcboutant placé de lintérieur a été certainement la première qui sest presentée à lesprit de lhomme.


La forge domine la pièce de chaque atelier des forgerons.

Le verrou horizontal est venu quaprès: dabord il a été de forme grossière et dinvention rudimentaire, et cependant, cet humble petit morceau de bois attaché tant bien que mal sur la porte et se logeant dans un trou de la paroi de la cabane, cétait lébauche de la serrure.

Cest le 12 ème siècle que lindustrie du serrurier se développe et produit souvent des merveilles. Au 13 ème siècle, le fameux Biscornet, lune des gloires du métier, forge les admirables pentures des portes de la grande façade de Notre-Dame de Paris que lon a cru longtemps ces ferrures en fonte. Avant cette mauvaise explication très erronée des temps sceptiques, la légende assurait que Biscornet avait fait un pacte avec le diable afin de mener à bien ce travail. En effet, cette porte seule nétait pas ferrée, mais soudée à chaude portée. Partout, à cette époque, le serrurier se signale par des créations remarquables.

Le forgeron a besoin de nombreux outils pour forger fer.

Certains ouvrages de la Renaissance peuvent être comparés à des travaux dorfèvrerie. Certaines serrures, probablement des chefs-doeuvre de maîtrise, étaient surchargées dornements et dune si grande richesse de composition quelles coûtaient des sommes énormes.

Au dix-septième siècle, un maître serrurier de la Flèche, Mathurin Jousse, publie le premier ouvrage remarquable concernant la serrurerie (en 1627). Les serruriers des 17è et 18è siècles fabriquent aussi des serrures compliquées et très décorées, des martaux de portes cochères, des pièces de ferrures, des supports denseignes et de lanternes, etc.

 

Sources:

M. Le Comte de Grandpré, Manuels-Roret - Manuel théorique et pratique du serrurier - 1827-2006;

François Husson, Manuel du serrurier - 1904-2006, A lusage des écoles professionnelles et des ouvriers

« Retour | En haut | Imprimer
Actualités
Contactez-nous














TOPlist